De retour d’Irak, la délégation du Jumelage Lyon-Mossoul consolide son attachement à ce peuple. Quel voyage ! Les chrétiens et Yézidis ont pu rencontrer le nouvel archevêque de Lyon. Un grand moment de fraternité et d’émotion.
Plusieurs temps forts ont marqué cette visite. Tout d’abord, c’était le premier voyage de Monseigneur de Germay en tant qu’archevêque de Lyon. Quel symbole fort pour les lyonnais de savoir que son premier déplacement était pour nos frères d’Irak.
La continuité du Cardinale Philippe Barbarin est donc assuré et les liens créer entre « Mossoul » et Lyon sont renouvelés. Merci Monseigneur de Germay. Qui pouvait croire à une coïncidence ? plutôt une providence ! Emmanuel Macron avait prévu d’être à Mossoul au même moment que l’ecclésiastique de Lyon ! Les deux hommes se sont rencontrés en présence d’évêques chrétiens de Mossoul le 29 aout à l’église Notre Dame de l’Heure de Mossoul. Une belle occasion pour Monseigneur de Germay de se faire connaitre auprès des Irakiens mais aussi auprès des Français.
La journée, rythmée par des visites à Qaraqosh, en particulier de l’école construite grâce aux donateurs de la Fondation Saint-Irénée, Fondation Mérieux et Fondation Raoul Follereau, s’est terminée par la messe dans l’église Al Tahira. Cette église avait été entièrement brulée par daesh, et complétement rénovée. Remplie de la communauté syriaque catholique, l’assemblée joyeuse et vivante a prié avec la délégation. Monseigneur Mouché accompagné de Monseigneur de Germay ont concélébré cette messe. Quel bonheur de voir cette église à nouveau renaitre.
Le jumelage Lyon-Mossoul accompagne également les Yézidis. Monseigneur de Germay est donc allé découvrir le mausolée de Bazhani et a inauguré l’oliveraie revitalisée depuis peu, le lundi 30 août.
Après ce moment sur la terre des Yézidis, la délégation s’est arrêtée au Monastère Mar Behnam et Sara  pour y vivre une messe en petit comité. Puis visite de la ville de Bartella, proche de Qaraqosh. L’église rénovée, le dispensaire pour les malades, le centre sportif ultra moderne ont fait l’admiration de tous. La rencontre avec la famille d’Ibrahim Lallo, artiste peintre et ami du jumelage depuis le début renforce encore nos liens fraternels. À Mossoul, le 31 août, la vue des destructions est toujours un instant de silence et de mémoire. Il était prévu de célébrer la messe dans la cathédrale Al Tahira des Chaldéen. Cette église n’est pas encore rénovée mais l’idée de pouvoir vivre cette messe au « milieu des ruines » de Mossoul, cherchait à encourager nos frères à s’approprier d’avantage les lieux.
Quelle émotion pour Monseigneur Najeeb, qui célébrait la messe pour la première fois dans sa cathédrale depuis qu’il est devenu archevêque. Ce moment restera pour toute l’équipe un moment historique. Parole de Monseigneur de Germay : « Je suis impressionné par le courage et la foi ardente de ces hommes et de ces femmes qui ont tout perdu… » Autour de l’archevêque de Lyon, la délégation du Diocèse de Lyon actuellement en Irak, est composée du directeur de la Fondation-Saint-Irénée, Etienne Piquet-Gauthier, de la responsable du jumelage Lyon-Mossoul, Marie-Ange Denoyel, du chargé de mission de Mesopotamia, Pascal Maguesyan et du journaliste RCF Lyon, Jean-Baptiste Cocagne.